[PRATIQUE] Comment désavouer des liens avec Google ?

desavouer un lien sur google

Matt Cutts a annoncé lors d’une conférence qu’il est maintenant possible de désavouer des liens (ou backlinks) au regard de Google si on estime qu’ils sont de mauvaise qualité ou artificiels.

Rappelons que Google avait déjà annoncé cet outil en juin dernier avant même que Bing lance le sien quelques jours plus tard. Un moyen pour Google de montrer qu’ils sont toujours premiers sur l’innovation et de relativiser l’annonce de la concurrence.

 

/// A QUELS BESOINS REPOND CET OUTIL ?

Le filtre Google Penguin, mis en place il y a quelques mois, avait causé l’indignation de nombreux webmasters qui se défendaient des liens indésirables (negative SEO) qui pointaient vers leur site et qui pénalisaient leur position dans les résultats naturels de Google.

Quelques mois après, Google corrige le tir en leur proposant un outil qui leur permet de désavouer des liens considérés comme spam ou « non naturels ».

Pour utiliser cet outil, le webmaster doit posséder un compte Google Webmaster Tools pour la gestion de son site.

A partir du moment où le webmaster est averti par Google Webmaster Tools que des liens artificiels pointent vers son site, il peut utiliser l’outil pour désavouer ces liens. S’il ne reçoit pas de message, cet outil n’est pas utile. En effet, il ne faut pas voir en cet outil, un moyen de gérer ses backlinks et de les classer selon leur nature.

Avec cette option, Google vous permet de lui dire de ne plus prendre en compte les liens que vous jugerez pénalisants.

 

/// QUELS SONT LES LIENS « NON NATURELS » ?

Pour Google un lien « non naturel » est un lien acquis dans le but de manipuler le classement d’un site dans les résultats de recherche. Autrement dit, un lien payant ou en provenance d’un échange de liens (réciproque ou triangulaire).

L’outil de Webmaster Tools invite le webmaster à lui soumettre un fichier contenant les liens qu’il souhaite désavouer.

capture d'ecran du processus pour desavouer les liens sur google

 

/// COMMENT UTILISER CET OUTIL ?

Google demande au  webmaster de créer un simple fichier texte dans lequel il doit indiquer les liens qu’il souhaite désavouer.

Les URLs à désavouer doivent être organisées ligne par ligne comme le montre l’exemple (voir plus bas).

Les signes (#) indiquent à Google de ne pas tenir compte des lignes. Ce fichier vous donne la possibilité de renier : tous les liens en provenance d’un domaine ou des pages web d’un domaine.

code à envoyer à google pour signaler des liens à desavouer

 

/// A QUELLES OCCASIONS UTILISER CET OUTIL ?

  • Adapter sa stratégie de Netlinking

Dans ce cas de figure, l’outil est une alternative rapide. C’est un moyen de répondre urgemment à un risque de pénalisation de la part de Google.

Néanmoins, faire ça sur plusieurs dizaines de liens revient à désavouer la qualité de son travail précédent. Autrement dit, tous les échanges de liens et soumissions précédemment effectué dans le cadre d’une stratégie de Netlinking.

Il est plus judicieux de reprendre son travail personnellement en revenant vers ses partenaires. Dans une situation de repli face aux mises à jour de Google,  on dispose des accès et mails des contacts et partenaires pour reconsidérer les liens manuellement plutôt que de les désavouer mécaniquement.

Si on utilise le processus de Google, on se met à dos les partenaires et on n’est pas à l’abri de se faire signaler (ou désavouer) à notre tour.

Mieux vaut donc assurer le service après-vente personnellement et continuer d’entretenir de bonnes relations avec les différents acteurs intégrés à notre stratégie.

On imagine que la situation, en cas de désaveu de liens via l’outil, sera bien plus compliqué à résoudre avec les partenaires sur le long terme.

 

  • Répondre à une pénalité

Avant d’utiliser l’outil de désaveu de liens, il est pertinent de contacter les sites concernés par le netlinking afin de trouver des solutions.

Parfois, il vaut mieux s’attarder sur les différents filtres Google et les comprendre afin d’adapter son linking. Il est possible de redéfinir les « anchor text » et de replacer les liens sur une autre page plus ou moins profonde.

Il faut bien comprendre qu’un lien artificiel aujourd’hui peut devenir naturel demain sachant que Google change souvent ses règles et le web 2.0 offre une évolution continue et indéterminée.

Il est préférable d’entretenir de bonnes relations avec ses partenaires pour profiter d’un réseau sur le long terme. Il serait dommage de désavouer son propre travail encore une fois.

Imaginez une fuite d’eau après le passage d’un plombier chez vous, mieux vaut le rappeler pour revoir la tuyauterie plutôt que de tout détruire à coup de marteau. D’une, vous perdrez votre investissement et de deux, le plombier ne voudra surement plus travailler chez vous.

Néanmoins, on peut tomber sur des webmasters qui ne vous répondent pas et sur des liens purement artificiels. Dans un cas tel, il est recommandé de désavouer les liens via l’outil Google.

 

  • Réagir au négative SEO.

Il arrive parfois de subir une action de négative SEO. Par exemple si vous recevez des milliers de liens « spammy », il vaut mieux se tourner vers l’outil Google pour réagir le plus vite possible.

 

/// QUELS RISQUES PREND-ON A DESAVOUER SES LIENS ?

Si vous prenez l’initiative de désavouer vos liens, vous signalez à Google que vous avez mis en place une stratégie de netlinking d’une certaine façon. Cela revient à s’accuser soi-même aux yeux de Google. Donc si l’outil peut être utile, il ne faut pas tomber dans la facilité et supprimer tout ce qui peut se supprimer. Il faut garder en tête que le but n’est pas de remettre en cause votre linking mais plus de l’affiné à la convenance des nouveaux filtres comme Penguin.

Ne désavouez donc pas tout et n’importe quoi. Mais là encore, le choix est complexe. Les liens que vous estimez mauvais sont-ils les mêmes que Google perçoit comme spammy ?

 

/// QUELS AVANTAGES POUR GOOGLE ? QUEL ENGAGEMENT POUR LE REFERENCEUR ?

Google prend votre liste comme une « suggestion », sur le même principe que la balise canonical. Votre liste ne sera pas prise comme une directive que Google doit obligatoirement mettre en place dans l’instant.

Google prévient aussi que refuser les liens ne suffit pas, il faut faire une vérification au préalable auprès des sites concernés par le linking.

Enfin, Google précise qu’ils doivent recrawler ou bien réindexer les URL avant que votre « signalement » prenne effet. Et on sait qu’une action comme ça prend du temps avec Google (voire beaucoup).

Pour résumer, l’outil de désaveu de lien engage davantage les « référenceurs » que Google, lui-même. Google profite ainsi d’une étroite collaboration lui faisant gagner du temps sur ce que les algorithmes ne maitrisent pas encore.

Reste à savoir, comment l’outil va-t-il être reçu par les acteurs du SEO ? Pour quelle utilisation ?

Pour compléter avec les mots de Google sur cet outil

Tagged: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*