[INTERVIEW] Loic Ferriere nous raconte son expérience web à travers l’un de ses sites: www.planeterenault.com

voiture renault megane

Pour cette nouvelle interview, nous retrouvons Loic FERRIERE le créateur de « Planète Renault », un site internet exclusivement consacré aux automobiles Renault qui s’oriente sur toutes les nouveautés que propose le constructeur automobile, dans tous les domaines f1, citadine, sportive…

 

Planète Renault, est-ce un blog?

Planète Renault n’est pas un blog.
D’une part, à l’époque, au commencement, au début des années 2000, la notion de blog n’existait pas.
Ensuite pour être caricatural, le fonctionnement d’un blog c’est « je fais des billets, je les place dans des catégories, et à chaque mise à jour, j’ajoute un billet ». C’est un peu comme une pile de dossier administratif, on empile…

Ce n’est pas le fonctionnement de Planète Renault.

Nous proposons une catégorie « actualité » qui peut être considérée comme ayant un fonctionnement proche d’un blog, mais surtout, nous proposons diverses rubriques comme la gamme qui contient les fiches véhicules de la gamme actuelle, les moteurs  les concepts-cars, les essais, les futures Renault , etc…

Lors de chaque mise à jour, nous modifions les fiches produits, sans en recréer une nouvelle. Ainsi, par exemple, notre article sur la Clio 4 , l’article restera durant toute la vie du modèle avant son restyling (3 ans donc en théorie). Chaque modèle a fiche de caractéristiques, les moteurs proposés, etc…

Et nous avons également d’autres catégories, sport, histoire, groupe, avec une vraie arborescence, à la manière d’un livre, avec sa table des matières et ses chapitres. Rien à voir avec un blog donc.

 

Planète Renault est un atout indéniable pour Renault, vous aide-t-il dans le développement de votre site (partenariat, sponsoring etc…) ?

Renault a tenu à nous rencontrer en 2009 afin de nous faire part de son intérêt.

On savait que le site était très visité en interne et bien connu, mais jusqu’alors nous n’avions pas eu spécialement de contact très poussé. Depuis, le constructeur est devenu annonceur sur nos différents sites.

Malgré tout, il reste un annonceur comme les autres, c’est-à-dire qu’il n’a absolument aucun droit d’ingérence et ne nous dicte absolument pas la politique éditoriale. Non seulement, nous ne l’accepterions pas, mais en plus, et c’est là la grande intelligence du constructeur, il n’essaie pas.

Renault a compris que notre force (et donc son atout) était justement, au contraire d’un site officiel, de savoir rester objectif. C’est ce que les internautes recherchent avant tout. Si c’est pour faire un second Renault.fr ou Renault.com, l’intérêt serait nul.

 

J’ai vu que vous recherchiez à vous développer sur les réseaux sociaux,  pourquoi ne vous développez vous pas autant sur les uns et les autres afin d’accroître votre notoriété ?

Rechercher à se développer sur les réseaux sociaux est un grand mot… Disons que l’on y est présent, mais nous n’y avons jamais vraiment mis les moyens.

Les réseaux sociaux peuvent apporter beaucoup certes, mais ce n’est malgré tout pas spécialement notre principal objectif actuellement, et personnellement, je vois plus cela comme une mode -durable malgré tout- et donc comme un pur outil marketing. Nous préférons capitaliser sur ce que nous savons faire, et surtout, sur ce que nous savons et pouvons gérer. « Externaliser notre contenu » aux acteurs des réseaux sociaux n’est pas notre stratégie, même si je reconnais l’intérêt marketing de la chose pour les sociétés.

On pourrait dire que notre vision est proche de celle de Louis Renault qui préférait tout produire lui-même et contrôler la qualité –quitte à ce que ne soit pas rentable financièrement parlant- que de sous-traiter.

Nous allons donc continuer à nous développer sur les réseaux sociaux, mais cela se fera assez naturellement, au fil du temps.

 

Comment faites-vous pour accroître votre visibilité sur la toile ? Quels moyens mettez-vous en place?

Je vais plutôt répondre sur ce que nous ne faisons pas.
Pour commencer, nous ne faisons aucune publicité, pour la bonne et simple raison que notre contenu est entièrement gratuit, financé uniquement par nos annonceurs. Nous ne disposons donc pas d’un budget de com’.

L’accroissement de notre visibilité passe par différents axes de développements. Le premier est bien sur le contenu en lui-même, et par le référencement, mais les deux sont liés. Faire du bon contenu reste assez simple. Malgré tout, pour être bien référencé il faut adapter son contenu à la loi du plus fort à savoir Google.

Au contraire de certains autres concurrents généralistes que je ne citerai pas, notre objectif est de faire du qualitatif et non du quantitatif, à la manière d’un blog, et cela se ressent bien sur au niveau du référencement… Faire un billet, uniquement pour répéter une vérité déjà connue, traitée et retraitée partout, a uniquement pour objectif de faire du « clic », en faisant croire que l’on a de nouvelles infos, type presse à scandale, ou comment faire du neuf avec du vieux… Nous ne procédons pas ainsi et nous refusons de le faire.

Nous faisons donc en sorte d’adapter nos médias de façon à aider le référencement, seulement si cela ne nuit pas à la qualité du contenu. Faire du contenu pour faire du contenu, les moteurs de recherche aiment beaucoup, les réseaux sociaux aussi, mais cela n’apporte rien en terme de qualité.

Notre principal moyen d’accroître notre visibilité est donc de lancer de nouveaux services.

Au fil des ans, nous avons donc lancé le forum, un site sur Dacia  nommé Planète Dacia et divers autres petites choses.

Dernièrement, nous avons ainsi lancé un tout nouveau service de pièces auto neuves (multi marque) . Ainsi, nous proposons aux internautes d’acheter à prix préférentiels leurs pièces auto et de notre côté nous améliorons la « côte d’amour » et la fidélité des nos visiteurs et nous accédons également à une population jusque là absente de nos médias.

D’autres services vont arriver par la suite. Je ne peux cependant pas en dire plus pour le moment, mais on pourrait par exemple citer des comparateurs d’assurances…

 

Comment voyez-vous le web se développer  dans les prochaines années ?

Je vais être sûrement un peu technique, mais je vois bien la démocratisation de l’HTML 5, et la disparition définitive de la technologie dite « Flash » nécessitant l’utilisation d’un plugin plus ou moins fiable et très consommateur de ressources.

Avec la disparition bénéfique et progressive du –honteusement mauvais- navigateur Internet Explorer 6 et 7 que Microsoft a écoulé à notre plus grand malheur pendant des années, nous pouvons enfin espérer un web plus ouvert, plus efficace et… plus compatible, gage de l’absence de frein au progrès technique.

Le « cloud » va continuer à se démocratiser, même si je pense que l’on atteindra vite le sommet qui provoquera un certain retour en arrière car ne plus gérer son propre contenu peut vite devenir dangereux. Et avec la démocratisation de ce type de service, les problèmes qui vont avec vont vite surgir…

J’ai bien peur également que le marché de la publicité nous envahisse encore plus. On le voit déjà, au départ les vidéos sur Youtube ne contenaient pas de publicité. Désormais, pour voir 15 secondes d’une simple vidéo, il faut se « taper » un ou deux spots… Et à chaque « zap », ça recommence.

Je ne veux pas de ce web là. Je comprends la nécessité de financer les services par de la publicité –c’est d’ailleurs le mode de fonctionnement de Planète Renault-, mais cela a une limite. La publicité OK, la publicité intrusive non. Pourtant, on y va tout droit…

Pour les aspects plus positifs, on peut espérer de nombreux services tous plus connectés les uns entre les autres. Internet va nous permettre de faire de plus en plus de choses et pas seulement d’y raconter sa –triste ?- vie.

L’administration commence d’ailleurs à y être très présente : les impôts, services de police, demandes diverses aux municipalités,…
Internet, -si ce n’est pas déjà le cas- va devenir le centre de notre vie. Le monde du commerce est d’ailleurs déjà en mutation avec la prolifération des « Drive ». Si on peut regretter la disparition de certains emplois cela va cependant en créer d’autres, même si au final la balance disparition-création risque d’être négative. Mais pour les usagers, fini les pertes de temps –et d’argent-. Un vrai confort donc.

Bref, je pense qu’Internet va continuer à optimiser notre temps, même si tout ne sera pas bénéfique pour tous…

Renault a d’ailleurs bien compris la généralisation d’internet, avec son R-Link, la tablette numérique tactile et connectée présente dans les derniers modèles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*